L'album de Musset : retrouvez ici quelques visages marquants...

dont celui de :

Aimée d'Alton • Adèle Martellet, née Colin • Maria-Felicia Malibran • Augustine Brohan • Rachel • Madame Ulric Guttinguer [née Virginie Gueudry]...


•   A l f r e d    T A T T E T   •

1809-1856

et  la

Suite samoisienne…

Concernant Alfred Tattet, voir aussi le domaine de Bury, la rue Grange-Batelière, la Madeleine, etc…


Parmi tous les viveurs que Musset fréquenta à partir de 1830, il ne rencontra vraiment qu'un ami. Par ce mot, j'entends le conseiller de toutes les heures, le confident de toutes les joies, de toutes les peines. [...]

Musset avait beau acquérir de nouveaux titres de gloire, Tattet ne lui en trouvait jamais assez tant il avait d'ambition pour lui. Aussi, tout en faisant avec lui la fête, ne cessait-il pas de l'exciter au travail, le sachant enclin à la paresse. C'était surtout de ses liaisons qu'il se méfiait, ayant remarqué déjà que l'amour le rendait fou. [...]

Je me souviens d'un trait qui fait honneur aux deux amis en cause. Le voici dans sa noble simplicité. Nous sommes au printemps de l'année de 1857. Alfred Tattet est mort d'une attaque de goutte au mois de novembre précédent, et Musset sent venir sa fin. Un jour que sa gouvernante le grondait de je ne sais quelle imprudence : "Ne vous fâchez pas, lui répondit-il, ce sera peut-être la dernière, mon ami Tattet m'appelle et je crois que j'irai bientôt le rejoindre". Quand l'amitié se manifeste de cette façon touchante, on devrait lui donner un autre nom, car elle est aussi tendre que l'amour.

Léon Séché, Les Annales romantiques

_____________________________________________________

Image issue de l'ouvrage

Alfred de Musset, Jeanne Delais,

Paris-Match, Collection "Les Géants", 1974.

Crédits photographiques : Agence Giraudon.

Autre portrait de Tattet, sanguine : http://autourduperetanguy.blogspirit.com

________________________________________________________________________________________________


Suite Samoisienne…


« Mon pauvre vieux, mandait-il à Arvers au mois de septembre 1850, je ne suis plus heureux décidément que dans ma maisonnette que je ne quitterai guère plus, à ce que je vois. Fini des voyages et des déplacements ! cela n'est bon que lorsqu'on est jeune, curieux, avide d'émotions nouvelles et de romantiques aventures. A mon âge, il faut rester dans le nid que l'on s'est fait et ne pas lâcher la proie pour l'ombre, comme le chien de la fable.

Quant Tattet écrivait ces lignes, il n'avait guère que quarante ans, mais il était plus vieux que son âge, ayant brûlé, comme on dit, la chandelle par les deux bouts. La goutte qui ne pardonne pas, lui fit expier durement ses excès de toute sorte. Il mourut dans d'atroces souffrances, le 4 novembre 1856, neuf ans jour pour jour après son père.

[Avec la mort de Félix Arvers] C'était le deuxième anneau qui se brisait dans la chaîne de la Jeunesse dorée. Sept mois plus tard, Alfred de Musset rompit le troisième. On connaît son mot : « Tattet m'appelle, je ne tarderai pas à le rejoindre ».

Tattet est enseveli dans le petit cimetière de Samois. « Cache ta vie », dit le sage. Ce joyeux viveur s'est borné à cacher sa tombe, mais il ne pouvait choisir un endroit plus retiré et plus tranquille. On accède à ce petit cimetière, comme aux belles maisons de campagne, par une allée ombreuse qui invite à y entrer. C'est vraiment la maison du silence. On n'y entend tout le jour que le chant des oiseaux dans les cyprès, et l'herbe par endroits est si haute, qu'elle assourdit le pas de ceux qui viennent prier ».

Léon Séché, La Jeunesse dorée.


« La tombe d'Alfred Tattet est au bout de la première allée à droite, au milieu d'un bosquet de fusains taillés aux ciseaux, d'où s'élance une grande croix de pierre blanche. Autour de cette croix, disposées en forme d'étoile, se dressent cinq pierres tombales dont une plus petite recouvre le corps d'un enfant. Tattet dort au milieu des siens, comme un bon père de famille, et la façon dont son enfeu est entretenu prouve qu'il y a quelque part des âmes qui gardent pieusement son souvenir ».

Léon Séché, La Jeunesse dorée.




La date du 25 janvier 1892 reste un mystère.

A noter, rien n'apparaît sur la petite sépulture, à gauche.

_____________


Autres portraits ici...


_________________Retour au sommaire_________________


www.musset-immortel.com